- Mimoun Charqi - ANALYSE POLITIQUE ET JURIDIQUE -

- Mimoun Charqi - ANALYSE POLITIQUE ET JURIDIQUE -

LA GUERRE CHIMIQUE CONTRE LE RIF, AUX CORTES

 
 Communication du professeur Mimoun Charqi au Congrès espagnol le 26 juillet 2005
(Voir le texte déposé par les députés ERC et publié au Bulletin officiel des Cortès le 7 septembre 2005)

M. le Président, Mmes et MM les députés, chers amis,
 
En mon nom personnel, au nom du Comité scientifique du suivi de la guerre chimique contre le Rif et des victimes de la guerre chimique dans le Rif, je souhaite vous remercier vivement pour l'accueil et le soutien que vous nous faites. Ceci est le témoignage, la preuve que partout de par le monde il y a des hommes et des femmes dignes, honorables, de bonne foi et de bonne intention. C'est la preuve qu'il faut garder espoir dans le genre humain.

Nous sommes réunis, ici, aujourd'hui, au Congrès des députés espagnols, au sujet d'une question qui durant longtemps a été gardée secrète et considérée tabou, autant de par l'Espagne que la France, voire le Maroc. Il s'agit de la guerre chimique contre le Rif, au début du siècle passé. Aujourd'hui, la question des armes chimiques de destruction massive a fait l'actualité avec l'Irak. Chacun a pu suivre les arguments développés par les puissances occidentales, avec à leur tête les Etats Unis d'Amérique, pour intervenir militairement en Irak.

Au Maroc, par deux fois, des rencontres scientifiques au sujet de la guerre chimique espagnole contre le Rif ont été interdites par les autorités. La troisième tentative aura été la bonne, avec cependant moult difficultés. Un colloque international s'est ainsi tenu à Nador en février 2004 autour du thème de la guerre chimique contre le Rif, avec la présence et le soutien de plusieurs experts étrangers et marocains. Les actes de ce colloque sont aujourd'hui publiés en langues arabe et française, et en cette occasion nous vous présentons ce travail.

Comme vous le savez, le monde ne découvre pas aujourd'hui pour la première fois le problèmes des armes chimiques de destruction massive. Déjà lors de la première guerre mondiale il en a été fait usage. Ce qui a conduit les Etats européens concernés à signer des Traités interdisant tant la production, le stockage, la commercialisation que l'utilisation des armes chimiques. Plusieurs Traités internationaux sont depuis venus prohiber les armes chimiques et biologiques de destruction massive.

En dépit de l'illégalité, il a été fait usage d'armes chimiques de destruction massive,  de type ypérite (gaz moutarde), phosgène et chloropicrine contre le peuple rifain entre 1924 et 1927, principalement par l'Espagne et accessoirement par la France.

L'Espagne s'était retrouvée, au début du siècle dernier, embarquée dans une affaire qui n'était pas la sienne, à savoir l'agression militaire et l'occupation d'une partie du Maroc, en l'occurrence le Rif. Le peuple rifain était un peuple de paysans libres, fort attaché à son ndépendance et à sa terre.

Les agressions de l'armée espagnole contre le Rif ont donné lieu à des contre offensives et offensives des rifains, notamment, avec le Président Mohamed Abdelkrim El Khattabi. Contrairement, à ce que certains peuvent penser, Abdelkrim n'a jamais été l'ennemi du peuple espagnol. Au contraire, il avait parmi les espagnols des amitiés fortes et sincères. Il croyait fermement en la nécessaire amitié et coopération entre les peuples espagnols et rifain, en un véritable partenariat entre les deux parties, dans l'intérêt bien compris des deux peuples. Malheureusement, il n'aura pas été compris.

Abdelkrim est un homme de paix qui a été poussé à la guerre. Devant les désastres subis par l'armée espagnole dans le Rif, de nombreuses voix se sont élevées en Espagne, y compris parmi des députés, au sein même de ce Congrès, pour que des armes chimiques soient employées contre les rifains. Tout comme de nombreuses voix se sont élevées en Espagne, et tout particulièrement en Catalogne, pour mettre fin à la guerre et se retirer du Rif.

L'Espagne ne disposait pas de ce type d'armes.Comment dès lors se les procurer? C'est là que la complicité de la France apparaît avec la société Schneïder. Tout en condamnant les armes chimiques, la France ne s'est pas privée de les vendre à l'Espagne et même de former des techniciens.

Par la suite intervient le Dr. Allemand Stolzenberg et la société du même nom. Mais l'achat de ce type d'armes n'est pas suffisant, et c'est pourquoi il est décidé de les produire sur place. Cela s'est fait à Madrid même dans la fabrique de la Maranosa, puis dans le Rif, entre Melilla et Nador. Le secret est tel que les concernés ne parlent pas d'armes chimiques, on parle plutôt de "gaz", de bombes x… Et ce n'est que récemment que les recherches ont remis l'histoire à l'ordre du jour.

Les victimes ont été nombreuses. Il y en a eu aussi du côté des techniciens et militaires espagnols suite à des accidents de manipulation. Les victimes de ces armes chimiques de destruction massive ne sont pas seulement les guérilleros rifains, engagés dans le combat. Ce sont aussi et en grand nombre, surtout, des populations civiles, les animaux, la végétation, l'environnement, l'eau…

D'ailleurs les cibles étaient, essentiellement, des cibles civiles, le lieu et le jour, celui du marché où les populations allaient pour acheter et vendre et se retrouvaient ainsi réunies. Les victimes ne sont pas seulement celles qui moururent  dans l'immédiat. Les victimes des armes chimiques de destruction massive on les retrouve encore aujourd'hui parmi les descendants des victimes d'hier.

Des rapports sérieux, officiels, faits pour le compte de l'Organisation des Nations Unies, par des experts de renommée internationale, tel que le Pr. Christine Margaret Gosden, titulaire de la chaire de médecine génétique de la "Royal university of liverpool", confirment les effets mutagènes et cancérigènes des armes chimiques employées. Les statistiques officielles des hôpitaux marocains attestent que 80% des patients atteints de cancers du larynx sont originaires du Rif.

Le rapport de cause à effet entre ce type d'armes et les cancers n'est plus à prouver et a été démontré scientifiquement, de même que les effets mutagènes, sans parler des conséquences psychologiques. Et d'un point de vue strictement juridique, il y a dans cette affaire, primo, une faute en raison de la violation de la légalité, secundo, un préjudice énorme qui se poursuit dans le temps et, tertio, un rapport de cause à effet entre la faute commise et le préjudice subit.

Force est de préciser que faute d'hôpitaux dans le Rif même, les concernés doivent se rendre jusqu'à Rabat et que tout le monde ne peut pas se le permettre. Les rifains et le Rif demeurent pauvres, marginalisés, enclavés, par leur propre pays, faute d'infrastructures, d'hôpitaux, d'Universités, d'industrie… Aujourd'hui, le but n'est pas de pleurer un passé récent ou actuel. Les hommes font des erreurs, commettent des fautes, d'autres hommes de bonne volonté les réparent.

Que peuvent demander, vouloir et attendre les rifains des espagnols?
L'Espagne d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celle d'hier, elle est devenue une grande démocratie. Les moyens juridiques offerts tant par le droit interne espagnol que, le cas échéant, le droit européen sont là, à la portée. Néanmoins, nous pensons qu'il vaut mieux rechercher un règlement amiable de cette affaire.

Et notre présence ici, et votre accueil dans cette honorable institution sont le début, le premier pas dans la recherche d'une issue amiable et honorable:
            - Reconnaître officiellement que des fautes ont été commises, en violation du droit international, en utilisant des armes chimiques contre les populations rifaines et le Rif;
            - Condamner l'utilisation de la guerre chimiques contre le Rif et demander pardon;
            - Faciliter et faire la lumière sur tout ce qui s'est passé;
            - Mettre en place des plans de réparations compensatrices pour le Rif et les rifains;
            - Adopter des plans de véritables partenariats entre espagnols et rifains dans l'intérêt bien compris des deux parties. 

Le fait que des députés espagnols, expriment un intérêt et répondent à notre demande en soumettant au congrès des députés une proposition non de loi au sujet de la guerre chimique contre le Rif est un honneur pour ceux qui appuient cette initiative, et pour le peuple espagnol en entier.

Dr. Mimoun CHARQI, Groupe de Recherche sur la Guerre Chimique contre le Rif - Comité Scientifique)

(N.B: Voir le site des Cortès: Bulletin Officiel, du 7/09/2005.
Voir également le B.O? Cortes generales. Congreso de los diputados. IX legisaltura. Serie B. Proposiciones de ley. 22 de abril de 2008.

Copyright : © 2005 Mimoun CHARQI. Tous droits réservés.

Mode officiel de citation : Mimoun CHARQI, « Communication du Pr. Mimoun Charqi aux Cortès sur la guerre chimique contre le Rif», http://CHARQI.blog4ever.com



08/05/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres